Résumé livre Levallois réussir vie agriculteur gestion
Livres

5 Clés pour réussir sa vie d’agriculteur et la gestion de son exploitation – Le livre

Livre de Raymond et Roland Levallois aux éditions France Agricole

Cet ouvrage apporte toutes les informations nécessaires à la création de son entreprise, à son développement et à sa transmission en abordant les aspects juridiques, fiscaux, sociaux, la gestion quotidienne, la prise de décision efficace, la cohérence de la direction prise et des notions de comptabilité et finance. Il place avant tout l’humain au centre des préoccupations. Ce guide convient à tous types d’agriculture.

Les 5 Clés pour Réussir sa Vie d’Agriculteur et la Gestion de son Exploitation vous permettront de vous rendre plus autonome sur les questions souvent sous-traitées à des conseillers.

Vous trouverez, dans cet article, un résumé du livre et mon avis sur celui-ci.

Avec les différents résumés de ce blog, je veux aider ceux qui, comme moi, veulent s’autoformer (voir l’article sur l’autoformation en agriculture) avant de créer et d’améliorer continuellement leur micro-ferme. La liste complète des livres qui m’ont marqués se trouvent dans l’article « la liste ultime de livres pour réussir son projet agricole« . J’espère que ces résumés vous donneront envie de lire ces livres et de sélectionner ceux qui vous serviront le plus. Et une fois les avoir lu vous pourrez utiliser ces résumés comme aide-mémoires! Bonnes lectures!

1. Réussir toutes les étapes de sa vie professionnelle

La particularité de ce métier est de travailler avec le vivant (et tout ce que ça implique) en plus d’être « chef d’entreprise ». La réussite de sa vie d’agriculteur est un défi qui doit combiner habillement vie privée et vie professionnelle. Les quatre étapes au cours de la vie d’un agriculteur sont :

  • L’installation,
  • Le régime de croisière,
  • La croissance (pas forcément obligatoire),
  • Le départ en retraite.

L’installation

Les exigences et les responsabilités liées à ce métier nécessitent d’être passionné avant tout. Les trois conditions sine qua non avant une installation sont :

  • Être passionné,
  • Être prêt à affronter les responsabilités de chef d’entreprise (gestion des problèmes et des imprévus, prise de décision, réagir au stress…),
  • Avoir un projet financièrement réalisable (avec une bonne marge de sécurité et sans avoir sous-traité son étude).

Pendant la phase d’installation je suis financièrement fragile. Il ne faut pas pour autant tomber dans l’excès du travail sans matériel dans des conditions défavorables. La préservation de soi est un point clé de la réussite. Il faut également savoir faire appel à des conseillers pour être soutenu et aidé.

Le régime de croisière (l’équilibre)

Il est atteint lorsque l’on a trouvé un l’équilibre sur les plans :

  • Financier (bonne autonomie financière, fonds de roulement positif, marge de sécurité sur l’EBE),
  • Technique (charge de travail maîtrisée, organisation globale satisfaisante),
  • Humain (être serein).

La croissance

La croissance comprend principalement l’agrandissement. Cette décision doit être prise après s’être posé les bonnes questions :

  • L’entreprise fonctionne-t-elle bien sur les plans techniques, financier et humain ?
  • Pour quelles raisons je souhaite agrandir mon exploitation ?

En effet l’étude de ses questions permettra une bonne prise de décision. La tendance à l’agrandissement des exploitations bien que très courante n’est pas forcément une solution à vos difficultés.

L’association

Le choix de s’associer doit être précédé par une mûre réflexion. Il faut d’abord connaître les raisons de cette volonté (raisons humaines et/ou économiques). Il faut ensuite avoir réfléchi à la gestion des cas suivants : la mésentente, le départ, le rythme de travail (week-end, vacances) et la vision globale.

Départ à la retraite

C’est une étape importante. En plus des aspects purement économiques, ce passage est très lié à l’émotionnelle. Toute une phase de préparation est alors à prendre en compte. Une transmission progressive est également envisageable et peut être un bon compromis pour limiter le choc créé un arrêt brutal de l’activité.

2. Réflexions sur divers aspects juridiques, fiscaux et sociaux

Ce chapitre met l’accent sur la réflexion elle-même afin de prendre les bonnes décisions suivant votre propre contexte en tenant compte de vos chiffres et de votre vision long terme de votre exploitation ainsi que de votre vie privée.

Montage juridique

Le montage d’une société n’est pas lié à la taille de votre exploitation mais est plutôt un choix réalisé pour des raisons fiscales et sociales ou économiques.

Les différents principaux avantages d’une société sont les suivants :

  • Une protection de son patrimoine privé.
  • L’EARL permet en plus de limiter sa responsabilité financière au seul capital social de la société. Bien qu’en pratique la demande d’endettements importants (auprès de banques ou de fournisseurs) n’est possible qu’avec une caution supplémentaire d’ordre privée.
  • La réduction de charges fiscales et sociales par différents moyens.

Il est également important de savoir comment sortir d’une société et quelles en sont les conséquences avec de la créer.

Le passage de l’entreprise individuelle à une société

Les conséquences sont nombreuses :

  • Je ne suis plus propriétaire des biens physiques mais de parts sociales de la société détenant ces parts physiques,
  • L’apport de biens à la société nécessite une réévaluation de ces derniers,
  • Lors de la cession je pourrai soit vendre mes biens soit les parts sociales de la société.

Les comptes courants des exploitants dans une société

Les comptes courants représentent la situation financière des associés par rapport à la société. Bien qu’elle soit fixée, deux cas de figure existent :

  • Si un associé prélève moins que ce qu’il a droit (pour palier à un manque de trésorerie par exemple), alors la société lui doit de l’argent.
  • Si un associé prélève plus que ce qu’il a droit (besoin financier urgent) alors il doit de l’argent à la société (équivalent à une dette).

Souvent mal compris, ses comptes sont importants. En cas de sortie de l’un des associés notamment, il faudra régulariser le compte.

La mise en place d’une holding

Une holding permet la réduction de prélèvements fiscaux et sociaux. Celle-ci détient des parts de société d‘exploitation. Elle est intéressante lorsque le niveau des bénéfices de la société sont élevés et que cet argent reste dans la société. Elle permet des autofinancements plus facilement et une diminution des cotisations MSA (puisqu’elles sont calculées sur les personnes physiques et non morales). Il faut être conseillé pour ce type de montage complexe qui comprend différents honoraires, coûts de fonctionnement et coûts indirects.

3. Pratiquer une gestion quotidienne efficace de prendre les bonnes décisions concernant mes investissements  

Gestion technico-économique générant une bonne valeur ajoutée

La valeur ajoutée est le résultat de la gestion quotidienne de l’outil de production permettant de dégager la meilleure marge possible. Elle est définie comme suit :

VA = Produits – Approvisionnements – autres achats et charges externes

Elle mesure la capacité d’une entreprise à transformer des intrants en extrants de manière efficace sur le plan économique. Elle représente le résultat de la gestion technique puisqu’elle ne tient pas compte de l’endettement ou du niveau d’investissement.

Pour comparer deux entreprises entre-elles, on utilise le ratio VA/Produits totaux.

Gestion stratégique

La prise de bonne décision nécessite de se préparer et d’utiliser des outils d’aide. En effet certaines décisions ont un impact financier sur le long terme et sont donc souvent irréversibles. Pour éviter de se tromper, il faut d’abord avoir une vision à moyen et long terme claire de son exploitation basée sur ses aspirations profondes. Une erreur courante est de confondre un objectif avec un moyen. Il faut alors toujours se demander pourquoi plusieurs fois de manière consécutive lorsqu’on pense avoir identifier un objectif.

Bien gérer mes investissements

Le premier point avant de choisir d’investir est de prioriser ses choix en prenant en compte leur rentabilité et en les classifiant par productivité (investissements non productifs mais pouvant réduire les charges, ceux moyennement productifs et ceux très productifs).

Il faut ensuite établir un plan d’investissements sur plusieurs années en utilisant la méthode suivante :

  • Lister ses objectifs à atteindre entre 5 et 10ans,
  • Lister le matériel et équipement à remplacer dans les 3 à 5 prochaines années,
  • Lister les investissements d’agrandissement, le cas échéant,
  • Prioriser ses projets d’investissements,
  • Établir un calendrier des investissements avec leurs conséquences majeures.

Bien financer ses investissements

Il est conseillé de favoriser les actions suivantes :

  • Autofinancer une partie de l’investissement (<20%),
  • Respecter la durée maximale de mes emprunts (<la durée de vie utile de l’investissement),
  • Diminuer ses annuités en allongeant ses emprunts MT.

Ses annuités doivent permettre de conserver une marge de sécurité de minimum 5% mais idéalement de 10%.

4. Rendre son exploitation cohérente, adaptable et moins sensible aux risques

Organiser son exploitation pour qu’elle soit cohérente

L’objectif est d’utiliser les ressources disponibles au maximum afin d’éviter une sous-utilisation ou une sur-utilisation. La cohérence influe grandement sur la qualité des résultats financiers. La cohérence s’étudie sur trois aspects :

  • Au niveau de sa structure (par l’utilisation de ses ressources disponibles : dimension, matériel, main d’œuvre…),
  • Avec son environnement socio-économique (choix du système de vente, réglementation…),
  • Avec le profil psychologique de l’agriculteur (vision de l’agriculteur, éthique…).

Assurer une bonne capacité d’adaptation

A la vue du contexte économique et environnemental actuel, mon entreprise doit être conçu pour pouvoir s’adapter rapidement à moindre coût. Les paramètres sur lesquels il faut rester souple sont le volume de production, la diversification et le changement de production. Pour cela il faut favoriser les investissements adaptables, polyvalents, à durer limitée, limiter ceux irréversibles et rechercher des solutions à faible capitalisation.

Rendre mon exploitation moins sensible au risque

La gestion du risque est un élément indispensable à considérer. Pour être capable de gérer au mieux les imprévus, une situation financière saine et une marge de sécurité suffisante sont nécessaires. On ne parle pas ici des risques conjoncturels mais ceux au niveau de l’exploitation sur lesquels on a un contrôle. Le niveau de risque acceptable dépend de chaque individu. L’étude des risques permet de mettre en évidence trois cas de figure si le risque se concrétise :

  • Soit mon exploitation peut y remédier sans emprunter grâce à des liquidités suffisantes,
  • Soit mon exploitation doit emprunter mais a les cette capacité grâce à une marge de sécurité suffisante,
  • Soit la situation financière ne permet pas d’emprunt dans ce cas le risque encourut est trop important.

Les principaux risques en agriculture sont des risques :

  • Liés au prix,
  • Liés à la production,
  • D’incendie,
  • Lié aux politiques gouvernementales (réglementation, PAC, décisions sur l’OMC),
  • Financiers,
  • Humains (accidents, maladie, décès).

Pour limiter la prise de risque il faut prendre ses précautions, diversifier (sa production, ses points de vente, ses clients, ses investissements…) et enfin analyser et chiffrer tous ses projets.

5. Bien comprendre les chiffres de mon exploitation

La bonne compréhension des ses résultats comptables permet de mieux maîtrise le fonctionnement de mon exploitation dans le but d’atteindre les objectifs fixés.

Comprendre la logique et l’interprétation des chiffres de ma comptabilité

Les trois documents comptables à connaître sont le bilan, le compte de résultat et le tableau de financement.

  1. Le bilan :

Il peut être défini comme « un inventaire, à une date donnée, mentionnant l’ensemble des ressources dont dispose mon exploitation et la façon dont elle les a utilisés ». Un bilan se représente comme suit :

Tableau représentant le bilan comptable avec le contenu des colonnes Actif et Passif
Bilan comptable

Le fond de roulement met en évidence la cohérence entre l’actif et le passif en termes de durée.

Ratios à connaître pour analyser un bilan

2. Le tableau de financement ou tableau des emplois et des ressources :

Il permet de savoir d’où est venu mon argent pendant une année (ressources) et à quoi il a servi (emplois). Il rend possible une analyse dynamique et est présenté comme suit :

Tableau de financement ou tableau des emplois et des ressources

3. Le compte de résultat :

Il représente le film de mon activité. Il est représenté comme suit :

Compte de résultat

4. Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) :

Marge commerciale = Ventes de marchandises et de services – coût d’achat des marchandises vendues

Valeur ajoutée = Produits – Approvisionnements – autres achats et charges externes

Excédent brut d’exploitation (EBE) = Valeur ajoutée + subventions d’exploitation – Rémunération du personnel – Impôts et taxes

L’EBE est un indicateur d’efficacité technico-économique, d’efficacité du travail et d’efficacité commerciale de l’entreprise.

Résultat d’exploitation = EBE – Amortissements

Résultat courant = Résultat d’exploitation + Produits financiers – Frais financiers

Résultat d’exercice = Résultat courant + Produits exceptionnels – Charges exceptionnelles

Pour l’analyse d’une situation, il faut prendre en considération de nombreux points :

  • Le choix des indicateurs pertinents à mon exploitation,
  • Prendre en compte ou non les subventions et le fermage,
  • Le statut de l’entreprise (individuel ou société),
  • Prendre en compte ou non les prélèvements privés,
  • Choisir avec quelle marge travailler :

Marge brute = Produits – Charges opérationnelles

Marge directe = Produits – Charges opérationnelles – Charges de structure spécifiques à l’activité

Marge nette = Produits – Toutes les charges de l’exploitation

  • Utiliser les critères liés à la trésorerie :
La capacité d’autofinancent (CAF) = EBE – Charges financières + Produits financiers
La capacité de remboursement (CDR) = EBE + Produits financiers – frais financiers CT – Prélèvements privés
La capacité de remboursement en emprunts nouveaux (CREN) = CDR – Annuités (capital + intérêts)
Le revenu disponible = EBE + Produits financiers – Frais financiers CT – Annuités (capital + intérêts)
  • Et enfin choisir des références pour comparer vos valeurs.

Le tableau de bord

Il est réalisé en sélectionnant qu’une partie des valeurs comptables précédentes afin de pouvoir évaluer rapidement la santé financière de mon exploitation. Voici les questions principales et les clés de leur résolution :

  • Quelle est ma situation financière ?
    • Utiliser les chiffres sur l’autonomie financière, le fond de roulement et le besoin en fond de roulement.
  • Est-ce que le fonctionnement de mon exploitation génère assez de revenu ?
    • Utiliser dans le compte résultat, la valeur ajoutée et l’EBE.

D’une manière générale, ne vous noyez pas dans une multitude de critères et indicateurs différents. Sachez les principales et prenez du recul par rapport à leurs résultats pour être capable de bien les analyser et déterminer des actions à mettre en œuvre le cas échéant.

Conclusion

Le métier d’agriculteur est celui d’un chef d’entreprise avec tout ce qui va avec. Ce livre a pour but de vous permettre de prendre vos propres décisions et de laisser les conseillers vous proposer des choses sans rien déterminer à votre place. Mais n’oubliez pas que ce métier doit naître d’une passion et où il faudra toujours placer l’humain au centre de ses décisions.

Avis

5 Clés pour Réussir sa Vie d’Agriculteur et la Gestion de son Exploitation est un livre complet et facile à lire. Il porte une approche économique et humaine sur la gestion d’exploitation très bien réalisée. Il est approprié à tous types d’agriculture et à toutes les tailles d’exploitation. La gymnastique d’analyse économique et financière d’une situation peut devenir complexe, ce livre la vulgarise parfaitement à la fois théoriquement et avec des cas concrets. Il propose également un tableau de bord simple d’utilisation et centré sur l’essentiel.

Je recommande ce livre pour toutes personnes voulant s’initier et développer ses connaissances dans la gestion, comptabilité et finances.

Vous pouvez acheter ce livre sur Amazon en cliquant sur le lien suivant : 5 Clés pour réussir sa vie d’agriculteur et la gestion de son exploitation – Raymond et Roland Levallois – Éditions France Agricole

Bien que vous pouvez acheter ce livre avec le lien précédent, essayez de privilégier autant que possible les librairies locales et éthiques !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le pdf gratuit : Comment créer sa microferme en agroécologie et permaculture


Retrouvez les 14 étapes de création de votre paradis


Et transformez un vague désir de campagne en un projet d'une ferme viable